L'article est disponible en français ci-dessous.

In early March 2022, civil society organizations from across Central Africa gathered to strategize working together to protect forests in the Congo Basin. This event was organized by Timby , the Center for Development and Environment (CED) and Milieudefensie.

Over three days of training sessions, conversations and activities, the organizations explored new partnerships and potential collaborations. Participants discussed the kinds of evidence they collect and the way they use data to create change. Representatives from CED spoke about the importance of reporting unmarked logs in transport, while individuals from community organizations like Synaparcam shared how important interviews and testimonies were to their work.

Groups discussed how sharing data between their formal and informal networks could help create more impact, if they were able to standardize data collection.

Why Data Matters

The Congo Basin is the second largest rainforest in the world and is a major contributor to stabilizing the earth’s climate. It’s also home to thousands of plant and bird species and many endangered animals, like elephants, mountain gorillas and bonobos. Countless Indigenous communities also depend on the forest for their survival.

Despite this importance, the Congo Basin rainforest is being destroyed at alarming rates, both by multinationals but also by small-scale deforestation.

Organizations like the ones that attended this event, can have an impact on both large-scale and small-scale deforestation. They monitor and document illegalities from major companies and do advocacy to bring awareness to the issues and change policies. Governments in the region often fail to provide people with the rights to their land and fail to protect communities against land grabs, which pushes them deeper into the forest to grow crops.

Although these organizations together monitor large swaths of the rainforest – over multiple borders – each organization only has a fraction of the big picture. With this limited information, it can be difficult to identify trends and priority areas. Information silos, such as these, can happen for various reasons. Activists are often overwhelmed with work and do not have time or resources to exchange if there is no immediate urgency. Organizations need to have common vision and strategies in order to build trust and collaborate. Competition among NGOs for funding (both at the international and regional level) is common, which can make it difficult to collaborate in ways that would ultimately make the organizations more effective.

If organizations network or share the data they collect, they could gain a bigger-picture perspective of what is happening throughout the basin, helping decipher trends, inform decision-makers and prioritize resources.

Who Joined Us

Participants gathered in Douala, Cameroon from Gabon, the Republic of Congo, Central African Republic and from different areas of Cameroon. Organizations that were present include Brainforest, Muyissi Environnement, Observatoire Congolais Des Droits de l’Homme (OCDH), Comptoir Juridique Junior (CJJ), Organisation pour le Développement et les Droits Humains au Congo (ODDHC), Forêt et Développement Durable (FDD), Jeunesse pour la Protection de l’Environnement en Centrafrique (JPEC), Centre pour l’Information Environnementale et le Développement Durable (CIEED), Eagle Network, Synaparcam and Environmental Investigation Agency (EIA) Cameroun.

The organizations (both community groups and civil society organizations) all work to monitor and protect the Congo Basin and its people. The groups monitor illegal logging, illegal mining, land grabs, agri-business, community disputes, as well as human rights violations. They use the evidence they collect to create change through advocacy, or through government, police or legal intervention.

A Cameroonian data-journalist also joined the event to talk about her investigative work and to inspire the groups to work more with journalists. She spoke about the impact that writing about these issues and publishing them in important regional or national newspapers could have.

Event

Goals of the Workshop

The first and most important goal was to develop inter-organization relationships for future collaboration. Bringing together efforts, evidence and knowledge allows for shared-advocacy campaigns and larger impact.

Over three days, the groups discussed the potential for collaboration, for example, sharing collected evidence on one communal platform. They also discussed creating a broader organizational network that shares documents, resources and contacts. Ultimately the regional organizations proposed to support one another through communal advocacy campaigns.

During the workshop, participants also presented tools currently being used on-the-ground, including Timby, which can help make monitoring safer and easier.

Environmental monitors and the data they collect are often at risk. Timby’s suite of digital tools are designed to make on-the-ground evidence gathering safer. In particular, features like anonymous reporting, automatic data encryption, the option to hide the Timby icon and send emergency alerts, help mitigate some of these risks.

In terms of ease of use, the Timby App works offline and is easy to use even for community members with low literacy and digital literacy.

Data is transferred to a dashboard, where administrators organize and assess the data that has been collected. This system has several functions like tags, organizational folders or adjustable access levels for users that can make it easy to collaborate or share information with others. Using Timby App

The last important goal was to create a space for participants to share stories, ideas, and resources to help them work more safely, and also to incorporate more women and youth in their work. Each organization will do this work individually within their own projects.

Outcomes

The organizations created a practical action plan over the course of this workshop.

In terms of digital and fieldwork security, they committed to creating protocols within their organizations. Collecting data in the field can be risky. Monitors expose themselves to threats to get evidence of the corrupt, illegal, or unethical behaviors of corporations or fellow community members. A security protocol includes steps and criteria to keep them and the data they collect safe.

Participants also agreed to put a focus on incorporating more women and youth in their work. Through dialogues during the event, they confirmed the importance of being inclusive and having a wide variety of perspectives and collaborators. They would organize meetings to discuss strategies for how to do that within their individual organizations.

Timby staff committed to offering more training sessions to help support the growing coalition’s work. Timby staff will meet with each organization individually over the next several months, before a follow-up group session is held in June 2022.

Lastly, workshop participants agreed that a regional collaboration network could support their work. Through a Whatsapp group and online meetings, the organizations pledged to continue sharing ideas about the possible goals, mission and activities of this network.

Workshop participants

The Value of Collaboration

If organizations share resources, knowledge and know-how, they can multiply the impact of their work. Also, by sharing and networking data, the organizations can use big data techniques to better understand trends on-the-ground and make informed decisions on where to focus resources. This evidence-based work can be presented to decision-makers, making it hard for politicians or leaders to ignore.            

Conservation de la forêt tropicale du Bassin du Congo basée sur l’optimisation de la collecte des données

Collaboration et plaidoyer collectif

Workshop participants

Au début du mois de mars 2022, des organisations de la société civile de toute l’Afrique centrale se sont réunies pour élaborer une stratégie de collaboration en vue de protéger les forêts du Bassin du Congo. Cet événement a été organisé par Timby, le Centre pour l’Environnement et le Développement (CED) et Milieudefensie.

Durant les trois jours de sessions de formation et d’activités multiples, les organisations de la société civile ont exploré de nouveaux partenariats de collaboration potentielle. Les participants ont discuté des types de preuves qu’ils recueillent habituellement et de la manière dont ils utilisent ces données pour leur documentation à usage interne et externe. Les participants du CED ont parlé de l’importance de signaler les grumes non marquées dans les transports, tandis que des personnes d’organisations communautaires comme Synaparcam ont fait part de l’importance des témoignages dans leur travail.

Les groupes ont discuté de la façon dont le partage des données entre leurs réseaux formels et informels pourrait contribuer à créer plus d’impacts.

Pourquoi les données sont importantes ?

Le bassin du Congo est la deuxième plus grande forêt tropicale du monde et contribue largement à la stabilisation du climat de la planète. Il abrite également des milliers d’espèces de plantes et d’oiseaux et de nombreux animaux menacés, comme les éléphants, les gorilles de montagne et les bonobos. D’innombrables communautés indigènes dépendent également de la forêt pour leur survie.

Malgré cette importance, la forêt tropicale du bassin du Congo est détruite à un rythme alarmant, à la fois par les multinationales mais aussi par la déforestation à petite échelle.

Des organisations comme celles qui ont participé à cet événement peuvent avoir un impact sur la contribution des mesures allant à l’encontre de déforestation à grande et à petite échelle. Elles surveillent et documentent les illégalités commises par les grandes entreprises et mènent des actions de plaidoyer pour sensibiliser aux problèmes et changer les politiques. Les gouvernements des pays de la région n’accordent souvent pas aux gens les droits sur leurs terres et ne protègent pas les communautés contre l’accaparement de celles-ci, ce qui conduit souvent les communautés à s’enfoncer davantage dans la forêt pour cultiver, accentuant ainsi la déforestation.

Bien que ces organisations assurent souvent une surveillance volontaire de la forêt tropicale du bassin du Congo, chacune d’entre elles ne dispose que d’une fraction du tableau d’ensemble. Avec ces informations limitées, il peut être difficile d’identifier les tendances et les domaines prioritaires. Autre difficulté : les organisations de la société civile n’ont pas souvent suffisamment de ressources (financières) pour échanger les informations prioritaires.

En outre, la concurrence entre les ONG pour les demandes de financement (tant au niveau international que régional) est présente, ce qui peut rendre difficile une collaboration qui rendrait les organisations plus efficaces.

Il est donc nécessaire pour les organisations d’avoir une vision et des stratégies communes afin d’instaurer la confiance et la collaboration. D’autre part, si les organisations se mettent en réseau ou partagent les données qu’elles collectent, elles pourront avoir une vision plus large de ce qui se passe dans le bassin forestier, ce qui les aidera à déchiffrer les tendances, à informer les décideurs et à hiérarchiser les ressources.

Qui participait ?

Les participants se sont réunis à Douala (capitale économique) au Cameroun, en provenance du Gabon, de la République du Congo, de la République Centrafricaine et de différentes régions du Cameroun. Les organisations présentes étaient Brainforest, Muyissi Environnement, l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH), le Comptoir Juridique Junior (CJJ), l’Organisation pour le Développement et les Droits Humains au Congo (ODDHC), Forêt et Développement Durable (FDD), Jeunesse pour la Protection de l’Environnement en Centrafrique (JPEC), Centre pour l’Information Environnementale et le Développement Durable (CIEED), Eagle Network, Synaparcam et Environmental Investigation Agency (EIA) Cameroun.

Les organisations (à la fois des groupes communautaires et des organisations de la société civile) travaillent toutes pour surveiller et protéger les forêts du Bassin du Congo et les droits des communautés locales. Les groupes surveillent particulièrement l’exploitation forestière et minière illégale, l’accaparement des terres, l’agrobusiness, les conflits communautaires, ainsi que les violations des droits de l’homme. Ils utilisent les preuves qu’ils recueillent pour créer un changement à travers les plaidoyers ou l’intervention du gouvernement, de la police ou de la justice.

Une data-journaliste camerounaise a également participé à l’événement pour parler de son travail d’investigation et inciter les groupes à travailler davantage avec les journalistes. Elle a parlé de l’impact que pourrait avoir le fait d’écrire sur ces questions et de les publier dans des grands journaux nationaux ou internationaux.

Event

Objectifs de l’atelier

Le premier objectif, et le plus important, était de développer des relations inter-organisations en vue d’une collaboration future. La mise en commun des efforts, des preuves et des connaissances permet de mener des campagnes de plaidoyer communes et d’avoir un impact plus important.

Pendant trois jours, les groupes ont discuté du potentiel de collaboration, par exemple le partage des preuves collectées sur une plateforme commune. Ils ont également discuté de la création d’un réseau organisationnel plus large qui partage les documents, les ressources et les contacts. Enfin, les organisations sous-régionales ont proposé de se soutenir mutuellement par le biais de campagnes de plaidoyers communes.

Au cours de l’atelier, les participants ont également présenté des outils de collecte de données numériques actuellement utilisés sur le terrain, notamment Timby, qui peuvent contribuer à rendre la surveillance plus sûre et moins contraignante.

Concernant les données recueillies, il faut signaler que le principal risque concerne leur sécurisation. C’est pourquoi la série d’outils numériques de Timby est conçue pour rendre plus sûre la collecte de données sur le terrain. En particulier, des fonctions telles que les rapports anonymes, le cryptage automatique des données, la possibilité de masquer l’icône Timby et d’envoyer des alertes d’urgence, contribuent à atténuer certains de ce risque.

En termes de facilité d’utilisation, l’application Timby fonctionne hors ligne et est facile à utiliser, même pour les membres de la communauté ayant un faible niveau d’alphabétisation et de connaissances numériques.

Les données sont transférées vers un tableau de bord, où les administrateurs organisent et évaluent les données collectées. Ce système comporte plusieurs fonctionnalités telles que les étiquettes, les dossiers organisationnels et les niveaux d’accès pouvant être ajustés en fonction des utilisateurs et qui facilitent la collaboration ou le partage d’informations avec d’autres personnes.

Using Timby App

Le dernier objectif important au cours de l’atelier était de créer un espace permettant aux participants de partager des histoires, des idées et des ressources pour les aider à travailler de manière plus sûre, et aussi à intégrer davantage de femmes et de jeunes dans leur travail. Chaque organisation fera ce travail individuellement dans le cadre de ses propres projets.

Résultats

Les organisations ont créé un plan d’action pratique au cours de cet atelier.

En termes de sécurité numérique et de sécurité sur le terrain, elles se sont engagées à créer des protocoles au sein de leurs organisations, car la collecte de données sur le terrain peut être risquée. Ceci s’explique par le fait que les observateurs s’exposent souvent à des menaces dans leur travail dans l’obtention de preuves de comportements illicites ou contraires à l’éthique des entreprises ou des membres de la communauté. Un protocole de sécurité comprend les étapes et les critères pour s’assurer de leur sécurité et celle des données qu’ils collectent.

Les participants ont également convenu de mettre l’accent sur l’intégration de plus de femmes et de jeunes dans leur travail. Les dialogues menés pendant l’événement ont confirmé l’importance d’être inclusif et d’avoir une grande variété de perspectives et de collaborateurs. Ils organiseront des réunions pour discuter des stratégies utiles à mettre en place au sein de leurs organisations respectives.

Le personnel de Timby s’est engagé à proposer davantage de sessions de formation afin de soutenir le travail de la coalition en pleine expansion. Le personnel de Timby rencontrera chaque organisation individuellement au cours des prochains mois, avant qu’une session de groupe de suivi ne soit organisée en juin 2022.

Enfin, les participants à l’atelier ont convenu qu’un réseau de collaboration régional pourrait soutenir leur travail. A travers un groupe Whatsapp d’échange en ligne, les organisations se sont engagées à continuer de partager des idées sur les objectifs, la mission et les activités possibles de ce réseau.

Workshop participants

La valeur de la collaboration

Si les organisations partagent leurs ressources, leurs connaissances et leur savoir-faire, elles peuvent multiplier l’impact de leur travail. De plus, en partageant et en mettant en réseau les données, les organisations peuvent par exemple utiliser les techniques de big data pour mieux comprendre les tendances sur le terrain et prendre des décisions éclairées sur l’orientation des ressources. Ce travail fondé sur des preuves peut être présenté aux décideurs, ce qui rend difficile pour eux de ne pas en tenir compte.